Ma quatrième battle s'est faite contre Lehanna et la containte était de parler du point de vue du fiancé et que le début se fasse avant que la fiancée arrive. 

 

L’arbre de la falaise



__J’arrive beaucoup plus tôt que prévu. Je lui avais donné rendez-vous à la tombée de la nuit, mais le soleil entame à peine sa descente dans la mer. Et je sais qu’elle arrivera en retard. Hélène a toujours été longue à se préparer, coiffant sa chevelure blonde et rebelle que j’aime tant, maquillant son si beau visage, se parfumant, se regardant une dernière fois dans la glace, changeant quelques détails… Et elle n’est jamais pressée. Mais si elle savait ce que je voulais lui demander, elle serait là depuis l’aube. 
__Je n’ai pas choisi cet endroit par hasard. C’est là que nous avons vécu notre premier baiser, sous une nuit étoilée d’hiver il y a voilà trois ans. Jour pour jour. 
__C’est aussi un endroit très important pour elle et moi. Elle y venait souvent, tous les jours même, avec sa sœur cadette. Cet endroit signifie tout son amour pour cette sœur aimée. Ainsi que son amour pour moi. C’est aussi là qu’elle vient lorsqu’elle a des doutes, que la peur l’envahit. Elle se sent bien ici. Tout comme moi. Cet endroit sur la falaise surplombant la mer turquoise et infinie, cet endroit qu’avait choisi un arbre solitaire pour s’y accrocher de toutes ses forces. Je n’ai jamais été heureux lors de ma vie avec ma mère et mes frères et venir ici signifiait pour moi la liberté, la joie de vivre. Je pouvais enfin être moi-même ici. Cet arbre me représentait - s’accrochant à la vie par cette falaise - il y trois ans, lorsque la seule chose qui me retenait, moi, à la vie, était Hélène… Mon seul amour. Elle a bouleversé ma vie à jamais et ce soir, je scellerais mon destin au sien.
__Le soleil est déjà de moitié dans l’eau bleue qui se teinte d’une magnifique couleur brune et orangé. La teinte se répercute sur le fin manteau de neige qui recouvre le sol et l’arbre. J’ai toujours aimé cet endroit l’hiver, sous la neige. Il n’en est que plus beau qu’en été. 
__Une brise froide vient mordre ma joue et fait voler mes cheveux noirs, apportant avec elle l’odeur de l’air marin, air salé qui chatouille mes narines et me vide de mes tensions quotidiennes tel un baume réparateur. Cet endroit est vraiment la solution de mes problèmes. Depuis et pour toujours.

__Enfin, alors que je regarde la lente progression de l’astre chaud dans l’eau qui semble éteindre son brasier ardent, je sens une présence dans mon dos. C’est elle. Je le sais. Je le sens. Chaque fois qu’elle est proche de moi, mon cœur bat la chamade, je ne peux m’empêcher de sourire. Chaque fois qu’elle est proche, je me sens bien. Plus rien ne compte à par elle, j’oublie le reste du monde, il n’y a qu’elle, quelque chose change dans l’atmosphère. Comme si il émane d’elle une essence magique. Elle dit souvent que c’est parce que nous sommes des âmes sœurs. Elle dit que telle est la magie des âmes sœurs : plus rien ne compte à part elle dès la première rencontre. Je ne crois pas à la magie, ou du moins, je suis plutôt septique à ce sujet, mais je crois en cette magie des âmes sœurs. Tout est si différent lorsqu’elle est près de moi. Ses paroles ont le don de m’apaiser, son rire cristallin de me porter dans un autre monde. 
__Je ne me retourne pas, je la laisse s’approcher à mes côtés. D’un geste doux, elle joint sa main à la mienne et regarde les étoiles qui apparaissent chaque seconde de plus en plus nombreuses, jusqu’à devenir des milliards. Je pourrais rester dans ce calme infini pour toujours, nos mains ainsi jointes, repoussant chaque minute qui passent le moment de le lui demander. Mon autre main serre de toutes ses forces l’écrin noir, tremblante. Mais prenant mon courage à deux mains, je me tourne vers elle, lui prends sa deuxième main et y dépose l’écrin. Elle sourit. Je souris à mon tour. Des nuages s’échappent de nos bouches à cause de l’air froid.
__- Hélène… 
__Elle me regarde dans les yeux et je ne peux soudainement plus rien dire, je ne peux plus continuer ma phrase. Ses yeux si bleus… Depuis notre première rencontre qui a été un jeu de regard entre nous, je ne cesse de me plonger dans ces yeux bleus océan, à un tel point que l’on pourrait les confondre avec l’océan. Je ne cesse de me plonger dans cet océan qu’est ses yeux. Elle sourit, faisant plisser ses yeux, les rendant encore plus beaux. 
__Douce, attentionnée, elle pose un doigt léger sur mes lèvres, avant de le faire glisser jusqu’à mon menton. Elle se met sur la pointe des pieds pour me donner un baiser tendre et bref sur la commissure de mes lèvres. De ce simple geste, elle m’indique qu’elle a lu dans mon regard la demande si importante et je veux lui faire. Nous ne pouvons rien nous cacher l’un de l’autre. De ce simple geste, elle m’affirme que c’est oui, qu’elle souhaite elle aussi m’épouser. Mon cœur se remplit de joie, pareil à ce même jour où je l’ai embrassé pour la première fois. 
__Je replace une de ses mèches rebelles d’un blond vénitien derrière son oreille et caresse son si beau visage. Lentement, elle vient poser sa main droite sur la mienne pour la ramener vers mon corps, tandis que ma bien-aimée recule, me tenant toujours la main. Elle finit par la lâcher et celle-ci retombe mollement sur ma hanche, et mes yeux toujours plongés dans les siens, je les vois devenir ternes, brumeux, éteints, vides. Vides d’émotion. Tout son corps devient ainsi et dans un souffle de vent, elle devient poussière dorée, emportée loin de moi par la brise glaciale.
__Elle n’a été qu’illusion. Elle n’est pas là. Elle ne l’est plus. Voilà un an jour pour jour que je viens ici, et que je la vois, que je la sens, que je sens ses lèvres chaudes contre les miennes le temps d’un instant, d’un soupir. Voilà un an que je me repasse cet évènement qui aurait dû changer ma vie. Mais en venant à cet endroit, il y a un an, la Mort me l’avait prise. 
__Pour toujours. 
__Alors je ramasse l’écrin que j’ai laissé tomber à terre, m’approche de l’arbre qui représentait tant pour nous et jette la bague, symbole de notre amour dans la mer, où il coule… 
__Pour toujours.